transpirer


transpirer

transpirer [ trɑ̃spire ] v. <conjug. : 1>
• 1503; lat. médiév. transpirare, de trans- et spirare « respirer, exhaler »
I V. intr.
1Éliminer la sueur par les pores de la peau. suer. Transpirer à grosses gouttes. « Brunet se sent sale et moite : il a transpiré pendant la nuit » (Sartre). Transpirer des pieds.
Absolt, Fam. Travailler dur. Il a transpiré sur son devoir.
2(XVIIe; « sortir à la surface de la peau » XVIe) Littér. Paraître au jour, finir par être connu. La nouvelle a transpiré. filtrer . « Ce projet accompli si mystérieusement ne transpira que la veille du jour où l'exécution devait avoir lieu » (Balzac).
II V. tr. Exhaler (un liquide) par transpiration. « Il transpirait de si grosses gouttes » (Céline) .

transpirer verbe intransitif (latin médiéval transpirare, de spirare, souffler) Exhaler de la sueur par les pores de la peau : Transpirer des mains. Littéraire. Être divulgué, commencer à être connu : La nouvelle a transpiré.transpirer (synonymes) verbe intransitif (latin médiéval transpirare, de spirare, souffler) Exhaler de la sueur par les pores de la peau
Synonymes :

transpirer
v. intr.
d1./d Syn. cour. de suer.
d2./d Fig. Commencer à être connu (en parlant d'une chose tenue secrète). Le secret avait transpiré.

⇒TRANSPIRER, verbe
A. — Empl. intrans.
1. a) Vx. Sortir du corps à la surface de la peau sous forme de liquide. Synon. s'exhaler, exsuder. Les humeurs transpirent au travers de la peau (Ac.).
P. anal. S'échapper, se répandre hors de quelque chose. Ainsi étendue (...), calme, belle encore, dans cette chaude odeur de pêcher qui entrait avec le soleil et transpirait autour d'elle (SAINTE-BEUVE, Volupté, t. 2, 1834, p. 239).
b) Au fig.
— Être révélé, divulgué; commencer à être connu. Nouvelle qui transpire. [La] fruitière lui avait fait cent questions, sans obtenir d'autre réponse qu'un regard morne (...). Cosette n'avait rien laissé transpirer de tout ce qu'elle avait entendu et vu (HUGO, Misér., t. 1, 1862, p. 671). Comment les secrets les mieux enveloppés, les plus parcimonieusement répartis transpirent-ils toujours? (ARNOUX, Rêv. policier amat., 1945, p. 46).
— Apparaître, se laisser deviner. La force d'anciennes habitudes, un certain dédain de l'agrément transpirent dans l'aménagement de ces villages agricoles lorrains: le jardin n'est qu'un potager; un toit commun abrite hommes, bêtes et granges (VIDAL DE LA BL., Tabl. géogr. Fr., 1908, p. 204).
2. a) [Le suj. désigne une pers., une partie du corps] Sécréter et éliminer la sueur par les pores de la peau. Synon. suer. Transpirer abondamment, beaucoup, légèrement, profusément; transpirer des mains, des pieds; transpirer d'angoisse, d'anxiété, de chaleur; se mettre à transpirer. Il a les mains moites; il transpire. Il laissera une marque bleue sur ta robe (SARTRE, Huis clos, 1944, 5, p. 166).
P. anal. [Le suj. désigne qqc.] Émettre, dégager un liquide qui s'écoule en fines gouttelettes, lentement. Synon. suinter. Mur qui transpire. Un morceau de gruyère, au haut d'une pile d'assiettes, transpire mélancoliquement (COURTELINE, Ah! Jeun., Théodore, 1898, II, p. 199).
b) Fam. [Le suj. désigne une pers.] Suer à force de travailler; travailler avec acharnement; faire quelque chose en se donnant beaucoup de mal. Toute l'affaire est de décider s'il y a lieu de transpirer sur son papier en vue de celui qui n'est pas fichu de faire des objections (VALÉRY, Corresp. [avec Gide], 1901, p. 383). Il se donnait un mal énorme pour sa comptabilité... Il devait la montrer à sa femme. Ce contrôle l'exaspérait... Ça le foutait en rogne infecte... Il transpirait pendant des heures... Rien que des queues et des zéros (CÉLINE, Mort à crédit, 1936, p. 424).
B. — Empl. trans.
1. Rare. Émettre (un liquide) par transpiration. Il transpirait des si grosses gouttes que c'était comme s'il avait pleuré avec toute sa figure (CÉLINE, Voyage, 1932, p. 613).
P. anal. [Les ruelles] glissaient sous ses pas, comme si leurs pavés eussent transpiré de l'huile brune, avec cette moiteur (LA VARENDE, Valse Sibélius, 1953, p. 13).
2. Au fig., littér. Dégager, révéler. Cette maison qui transpire la saleté, la chaleur malpropre, l'ignoble misère, comment pouvez-vous rentrer tous les soirs là-dedans? (ROLLAND, J.-Chr., Maison, 1909, p. 931).
REM. 1. Transpirable, adj. a) Vieilli. Qui peut s'éliminer par la transpiration. Liquide transpirable. Ces chimistes (...) ont confirmé par-là ce que l'expérience journalière avoit déjà appris (...) sur les rapports de la matière transpirable avec l'urine (CUVIER, Anat. comp., t. 5, 1805, p. 216). b) Qui peut donner passage à la transpiration. Pore transpirable (BESCH. 1845-46). Membrane transpirable (LITTRÉ). 2. Transpirant, -ante, part. prés. en empl. adj. Qui transpire, qui est en sueur. Elle sentit du froid sur sa face transpirante (MAURIAC, Genitrix, 1923, p. 358). 3. Transpiratoire, adj. Qui se rapporte à la transpiration. Phénomène transpiratoire. La soif latente ou habituelle est cet équilibre insensible qui s'établit entre la vaporisation transpiratoire et la nécessité d'y fournir (BRILLAT-SAV., Physiol. goût, 1825, p. 127).
Prononc. et Orth.:[], (il) transpire [-]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. a) 1503 réfl. « s'évaporer » ne se peult transpirer ne résouldre (Guidon en fr., 201b, éd. 1534 [VAGANAY, Franç. mod.] ds HUG.); b) 1680 intrans. « sortir par les pores du corps » faire transpirer les humeurs (RICH.); 2. a) 1685 trans. « émettre par les pores de la peau » transpirer toutes les sérosités (Mme DE SÉVIGNÉ, Corresp., éd. R. Duchêne, t. 3, p. 205); b) 1704 intrans. « éliminer la sueur par les pores de la peau » (Trév.: les jeunes gens transpirent plus que les enfants); 1901 id. transpirer sur qqc. (VALÉRY, loc. cit.); c) 1762 id. p. anal. « (des végétaux) émettre de la vapeur d'eau » (BONNET, Consid. corps organ., p. 142); d) ) 1814 id. « s'exhaler » (BERN. DE ST-P., Harm. nat., p. 175); ) 1863 trans. « dégager, exhaler, laisser paraître » (FROMENTIN, Dominique, p. 221); 3. 1738 intrans. « être dévoilé, divulgué » rien ne transpira [d'une délibération du sénat romain] (ROLLIN, Hist. anc. Œuv., t. IX, p. 14 ds LITTRÉ [1718 impers. il transpire quelque chose d'une ... négociation secrète (Ac.)]). Empr. au lat. médiév. transpirare (FEW t. 13, 2, p. 215b) fait sur aspirare, aspirer, exspirare, expirer, préf. trans- « au-delà, par delà, par-dessus », v. élém. formant trans-. Fréq. abs. littér.:205.

transpirer [tʀɑ̃spiʀe] v.
ÉTYM. 1503; du lat. médiéval transpirare, de trans-, et spirare « respirer », parce que la transpiration s'entendait alors (cf. encore Furetière et Encylopédie) à la fois de l'excrétion des humeurs et de l'entrée de l'air par les pores.
———
I V. intr.
1 a Vx. Sortir à la surface de la peau sous forme de liquide. || Les humeurs transpirent au travers de la peau. Échapper (s'), exhaler (s').
b (1738; impers., 1718). Mod. Fig. Paraître au jour, finir par être connu. || Rien n'avait transpiré dans la ville sur le nom des prisonniers (→ Inaccessible, cit. 5; et aussi lequel, cit. 18). || Une nouvelle, un secret qui a transpiré, qui est connu, divulgué, ébruité.
1 Leur séjour avait été long, mais leur menée si adroite qu'il n'en était rien transpiré. Hudson, tout fin qu'il était, touchait au moment de sa perte, qu'il n'en avait pas le moindre soupçon.
Diderot, Jacques le fataliste, Pl., p. 656.
2 Ce projet accompli si mystérieusement ne transpira que la veille du jour où l'exécution devait avoir lieu.
Balzac, le Curé de village, Pl, t. VIII, p. 616.
2.1 Il était sûr que rien de cette aventure secrète (celle qu'il menait en tête à tête avec le voleur) n'en serait deviné. « Rien n'en peut transpirer », pensait-il mot à mot. Derrière son visage sévère il était à l'abri.
Jean Genet, Querelle de Brest, p. 339.
2 (1503). Cour. Sécréter la sueur par les pores de la peau. || Un homme grand et gros qui transpirait facilement (→ Hydrocéphale, cit. 2). Suer. || Transpirer abondamment des paumes (→ 2. Outre, cit. 14), des pieds. || Transpirer de chaleur. Chaud (prendre chaud). || Transpirer profusément (cit. 2). || Lorsque l'on transpire beaucoup, la sueur coule.
3 Toutes les chairs des animaux palpitent après la mort, d'autant plus longtemps, que l'animal est plus froid et transpire moins.
La Mettrie, l'Homme-machine, in Textes choisis, p. 175.
4 Brunet se sent sale et moite : il a transpiré pendant la nuit et sa chemise colle à son corps.
Sartre, la Mort dans l'âme, p. 220.
Par anal. (Sujet n. de chose). Produire un liquide qui coule goutte à goutte. Suinter. || Les murs transpiraient (→ Capiteux, cit. 1).
3 Fig. (Sujet n. de personne). || Transpirer sur qqch. : travailler dur, se donner beaucoup de mal pour qqch.
———
II V. tr.
1 (1685). Vx. Exhaler (un liquide) par transpiration. Suer. || Il transpirait des grosses gouttes (1. Goutte, cit. 21).
2 (Mil. XIXe). Fig. Littér. Dégager, laisser voir, faire sentir. || Tes habits mouillés transpirent les odieuses rigueurs de la vie nécessiteuse (→ Imbiber, cit. 3).
DÉR. Transpirable, transpirant.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • transpirer — TRANSPIRER. v. n. S exhaler, sortir par les pores d un corps, d une maniere presque imperceptible aux yeux. Les humeurs transpirerent au travers de la peau. on l a mis dans un bain chaud pour faire transpirer les humeurs. Transpirer, se dit aussi …   Dictionnaire de l'Académie française

  • transpirer — (tran spi ré) v. n. 1°   Sortir du corps sous forme d exhalation à la peau. Les humeurs transpirent au travers de la peau.    Par extension. •   Des fumées transpirent à travers les pores du gouffre, surtout du côté de la Torre del Greco,… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • TRANSPIRER — v. n. S exhaler, sortir du corps par les pores, d une manière imperceptible aux yeux. Les humeurs transpirèrent au travers de la peau.   Il se dit aussi Du corps même. Il y a des corps qui transpirent plus facilement les uns que les autres. Cet… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • TRANSPIRER — v. intr. S’exhaler, sortir du corps par les pores. Les humeurs transpirèrent au travers de la peau. Il signifie aussi Suer, produire une exhalation humide à la surface de la peau. Il y a des gens qui transpirent plus facilement que d’autres. Cet… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • transpirer — vt. => Suer …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • c'hweziñ — transpirer …   Dictionnaire Breton-Français

  • suer — [ sɥe ] v. <conjug. : 1> • XIIe; suder 980; lat. sudare I ♦ V. intr. 1 ♦ Rendre beaucoup de sueur, être en sueur. ⇒ transpirer. Suer abondamment, à grosses gouttes. « L attelage suait, soufflait, était rendu » (La Fontaine). Suer de fatigue …   Encyclopédie Universelle

  • transpiration — [ trɑ̃spirasjɔ̃ ] n. f. • 1503; lat. médiév. transpiratio 1 ♦ Excrétion de la sueur par les glandes sudoripares de la peau. ⇒ diaphorèse, moiteur, sudation; perspiration. Transpiration provoquée par la chaleur, l effort, l émotion. Diminution de… …   Encyclopédie Universelle

  • transpira — TRANSPIRÁ, transpír, vb. I. intranz. 1. A secreta şi a elimina sudoarea prin porii pielii; a asuda, a năduşi. 2. (Despre plante) A elimina apă sub formă de vapori. 3. fig. (fam.) A ieşi la suprafaţă, a reieşi, a se afla, a se auzi (o ştire… …   Dicționar Român

  • GOUTTE — La goutte, appelée podagre par les Grecs, est une maladie caractérisée par des accès d’inflammation articulaire, qui atteignent surtout les pieds, et par des dépôts cristallins d’urate de sodium dans les tissus. Connue depuis l’Antiquité,… …   Encyclopédie Universelle


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.